La Mume (le blog)

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi, septembre 30 2014

ET DE CINQ…

Le dernier de la saison pour moi.
Le petit train touristique d‘Angers trimbala ce jour douce cousine et frangin, moi derrière l’objectif.

angers1.jpg
Je fis remarquer à la charmante jeune femme qui conduisait le bolide que j’en étais à la cinquième session et que peut-être mon zèle méritait une petite faveur, et oui, une place gratuite pour ma persévérance !
Le voyage ce fit dans un léger brouillard et fut détourné pour cause de manifestation…
Nous étions partis à la brume le soleil nous rejoignit à la galerie David, encouragés nous traversâmes les jardins et d’un pas décidé nous arrivâmes au restaurant sur le boulevard Foch.
Une heure plus tard la marche plus pesante nous embarquions dans le tram direction « la sieste » !

lundi, septembre 29 2014

L’AN PROCHAIN…

N’étant pas sur, Laura fêta ce samedi 49 automnes, entourée qu’elle était de ses amours, famille, amis.
Nous quittâmes l’Anjou juste après le déjeuner, ralliâmes la Picardie à 17h.
Nous vîmes les travaux en cours, Fripouille se faisant beau pour la soirée, je lui glissai une enveloppe en prévision de son anniversaire à la fin d’octobre…
Dire que mon plombier préféré vint nous chercher en bordure d’une des nombreuses rotondes du secteur, paumés nous étions malgré ou à cause des 3 GPS en action !
La foret de Compiègne bien sombre, nous étions plus perdus que le Petit Poucet..
De quoi bien nous faire remarquer avant les vœux et l’apéro.
Puis telle Cendrillon nous partîmes vers l’hôtel… une borne automatique ne pratiquant pas le même français que nous, ce fut épique, 30mn à discuter avec la chose.
Enfin par un grand mystère linguistique la clé tomba dans le réceptacle, vivement nous trottinâmes jusqu’à nos couches !
Au petit déjeuner ce matin je racontai l’aventure au gérant qui avait en prenant ce jour son poste, eut à dépouiller un flot de papier en listing, (notre œuvre nocturne !)
Dans ma boite aux lettres je trouvai avant de voyager la liste de mes rendez-vous à l’hôpital.
16 et 17 étude détaillée de la bête, analyse de ça et puis acquérir le produit de contraste de ci…
Le 21 si tout va bien ( !!!) hospitalisation pour une semaine qu’ils disent…
Après, ben repos…

nath-1.jpg
Donc Laura et sa belle-mère encadrant son oncle (mon frère)

nath-2.jpg
Et puis rien que nous deux, bien belles n’est-ce pas ?

mardi, septembre 23 2014

PISCINE…

Frangin depuis l’an dernier fait l’effort d’aller à l’aquagym dans le bassin de notre ville, il a jugé que sa sœur y trouverait aussi de quoi se faire du bien…
Donc vendredi dernier ce fut « la première ».
Un moniteur craquant et enjoué.
Des barboteurs, une quinzaine de femmes et cinq mecs, moyenne d’âge 55 ans.
Il y avait trois ans que je n’avais pratiqué des gesticulations en immersion !
60 ans que mon frère et moi étions allés ensemble dans un bassin !l’impression fut bizarre…
Un peu plus tôt dans cet après-midi j’avais rallié le club des tricoteuses, bonne ambiance, des locaux tout neuf, des fenêtres collées par la peinture, une chambre d’écho gênant fortement les conversations, nous réfléchissons au moyen d’atténuer cet inconfort.
Et puis hier.
Continuant les visites sanitaires.
Je découvris le cabinet de la gynécologue, une bonbonnière en gris et rose, papier peint aux motifs géants de fleurs dans ce même camaïeu, la cabine de déshabillage éclairée (fort peu) d’une lampe couverte d’un abat-jour en plume blanche.
La spécialiste si jeune que je lui demandai son âge, la moitié du mien !
Une femme attentive aux réalités de la vie d’une patiente vivant seule depuis longtemps…
Je lui vantai donc ce produit lubrifiant testé il y a deux semaines par mon amoureux et moi, efficace, parfumé, comestible !!!
Gratouillis par ci, palpations par là.
Je la quittai presque réconfortée !
Aujourd’hui c’est « petite » marche avec le club féminin, très féminin, trop féminin… à voir !
En attendant, repassage, ben oui faut le faire aussi !

mardi, septembre 16 2014

AVENIR AVEC VU… ?

Le départ de l’homme me laisse…comme vous l’imaginez.
Le destin étant impayable dans ses propositions je fis le grand effort de me pousser jusqu’à la salle Eric Tabarly de la ville.
S’y tenait la journée des associations.
Le truc idéal pour voir un peu ce qui pourrait bien m’appâter.
Je trouvai « Avrillé pluriel » tout est dans le nom, l’accueil agréable, je m’y suis inscrite.
Le « Club Féminin » eut aussi mon adhésion dans les sections tricot et « petite » marche…
In situ était proposé le déjeuner, pas inscrite mais souriante je payais mon écot et partis avec assiette et couverts à l’assaut d’un banc.
Un groupe de quatre s’installant, je m’en approchai expliquant que « toute nouvelle je cherchai de bonnes âmes voulant bien me chanter les bienfaits de la cité ».
L’homme du groupe chercha mon attention pour le « bridge » désolée monsieur mais les cartes et moi sommes brouillées depuis…bien plus que cela !
Clotilde une femme ma génération ou presque me parla de la médiathèque, d’atelier d’écriture, de fiche de lecture, bref je suis casé pour trois jours par semaine.
Soit le mardi, tricot option bavardage, petite marche itou et…
Aquagym le vendredi fin d’après-midi avec mon frère !
Mais, car il y en un…
Je dois passer par la case « consultation de CCVT »… ?
Chirurgie cardio vasculaire thoracique…
Un doppler des membres inferieurs « négatif » m’avait laissé enjouée…
Sauf que le toubib me suggéra un doppler des carotides, à droite pas de quoi se faire peur…
A gauche, bien sûr, c’est de là que vint le chagrin…
Bouchée à plus de 70%...
Rendez-vous jeudi avec LE spécialiste de la tubulure vasculaire.
Examen en long et en large de la bête.
Option chirurgie comme ci ou comme ça, pose de stent ?
A définir, bien sûr je trépigne d’impatience…
J’annonçai la nouvelle à frangin tout à l’heure juste avant le hachis Parmentier et le pâté aux prunes.
Clotilde a subi ce genre d’intervention sur une coronaire et m’a vivement conseillée de faire les choses rapidement en me donnant toutes ses coordonnées pour me « suivre ».
Puisqu’il faut y aller j’irai…
Deux ou trois projets que j’aimerai mener à bien l’an prochain…
Tout est en ordre côté « départ définitif » vers …

JE NE SUIS PAS PRESSEE !!!!

LE VISITEUR…

Une voix grave faisant une musique bizarre.
Des bagages tintinnabulants, un sac plat, je sais ce qu’il contient son frère à le même.
Elle lui dit de s’installer dans la chambre.
Ils ont faim, elle pose le repas sur la table, pendant ce temps j’inspecte ses chaussures, son sac et le pull sur le lit.
Ils sont passés sur le balcon, regardant le long du trottoir d’en face le véhicule sagement stationné.
Un peu plus tard ils s’installèrent dans la chambre ôtant la couette, quittant leurs vêtements et quoi ?
Se couchant côte à côte…
Je restai là attendant qu’elle m’appelle mais rien, alors je miaulais un peu, doucement, puis plus fort enfin je sortis un cri aigu.
Pas contente elle me mit à la porte et horreur, la ferma !
Je fis un tel tapage qu’ils décidèrent de la rouvrir !
Ainsi je naviguais de la chambre au balcon essayant de temps en temps une incursion sur le lit, mais à chaque fois je fus expulsée...
C’est qu’elle ne dormait que peu et légèrement.
C'est un homme, car il ressemble à « tonton » qui vient chaque semaine goûter.
Le lendemain ils sont partis me laissant avec la phrase « tu gardes la maison », au retour il a pris « mon » fauteuil !

chat1.jpg
Il m’a appelé je me suis risquée de trois pas et il m’a caressée…j’ai bien voulu sauter sur ses genoux…
Mais au coucher pas de moi dans la chambre si je faisais la pantomime…j’avais retenu la leçon et me fis discrète, enfin presque…
Le jour suivant fut pareil au précédent, elle le câlinait lui et un « peu » moi…
Qui est-il pour prendre ma place ?
Au troisième jour nous avions « nos » habitudes !

chat2.jpg
Et puis hier matin très tôt elle s’est levée a préparé le petit déjeuner, est allée sur le balcon, elle n’était pas bien je l’ai bien senti, je me fis câline mais pas de retour…
La valise plate dans la main elle est sortie, avec lui portant le reste vers l’ascendeur.
Elle est revenue, s’est recouchée, le l’ai suivie, mais pas de câlin.
L’homme est venu, est reparti, reviendra peut-être.
Surement pas.
Je sens qu’elle est triste.

- page 1 de 187